Passés maîtres dans l’art du lobbying, les secteurs de la pétrochimie et des plastiques focalisent l’attention sur la gestion et le recyclage des déchets. Ils fuient ainsi leurs responsabilités au sujet du véritable problème : l’augmentation des quantités de plastique produites.

 

Lobby plastique et recyclage sont loin de faire bon ménage

« Selon Science Magazine (https://www.science.org/doi/10.1126/sciadv.1700782), 8,3 milliards de tonnes de plastique vierge auraient été produites à ce jour. La grande majorité a fini par se retrouver dans des décharges ou dans l’environnement naturel, où il mettra des siècles à se décomposer »

Les ONG et leurs représentants ne font financièrement pas le poids face aux intérêts en jeu dans cette industrie. Les industriels utilisent en effet leurs ressources colossales pour s’assurer que la réglementation continue à leur garantir des profits. Cela leur permet de se soustraire le plus possible à leurs responsabilités. Ainsi, ils continuent à produire des quantités exorbitantes de plastiques, en exhortant les populations, grâce à leurs puissants lobbys, à régler le problème de leur pollution par eux-mêmes. Chacun doit recycler au mieux, avoir une attitude vertueuse, dans un monde où le plastique est de plus en plus omniprésent.

 

Les belles histoires du lobby du plastique

Dans les années 1970 aux États-Unis, la campagne Keep America Beautiful, financée par l’industrie, a mis en avant une vision des déchets focalisée sur la responsabilité individuelle. Elle a mobilisé des centaines de personnes bien intentionnées pour des actions de ramassage de déchets. Ces dernières ne se sont probablement jamais rendues compte que derrière cette campagne, il y avait les firmes mêmes qui produisaient les emballages et les bouteilles qui constituaient la majorité des déchets ramassés.

 

Politique & recyclage

Ce déséquilibre des forces en présence se traduit par des réglementations qui favorisent l’industrie pétrochimique et celle des plastiques au détriment des droits des individus et de l’environnement. Le lobbying conduit à l’adoption de politiques qui mettent l’accent sur le recyclage et le comportement des consommateurs (ex : « Ne pas jeter de déchets ») et qui ferment les yeux sur la nécessité de réduire la production à la source.

Vous pouvez retrouver dans notre article sur le transfert de responsabilité de l’État vers les régions pour gérer le recyclage de manière générale : « La gestion des déchets est un enjeu vital pour notre société. Pourquoi l’état souhaite le laisser aux Régions ? C’est simple ! Qui est mieux placé qu’une institution territoriale pour gérer son propre territoire et son aménagement ? »

Nous nous professionnalisons donc dans la gestion des déchets générés par une poignée de grands industriels, plutôt que de les encourager à réduire leurs productions.

 

 


Poursuivez la lecture sur ce sujet là :

https://corporateeurope.org/en/power-lobbies/2018/03/packaging-lobby-support-anti-litter-groups-deflects-tougher-solutions
https://reporterre.net/Le-lobby-du-plastique-empoisonne-le-monde
https://www.goodplanet.info/vdj/covid-19-le-lobby-du-plastique-contre-attaque/

 

This site uses cookies to offer you a better browsing experience. By browsing this website, you agree to our use of cookies.