Mardi 8 Février 2022, Julie présente La Plastiquerie sur Sud Radio, dans la pastille La vie en vrai de 6h40, animée par Benjamin Glaise.

Pour l’écouter

 

Et pour la lire !

Benjamin Glaise : Alors vous êtes la co-fondatrice de la Plastiquerie. Qu’est-ce que c’est ? Et bien c’est le nom de votre atelier qui transforme les déchets plastiques en objets du quotidien. Des matières plastiques en l’occurrence qui ne sont pas recyclées aujourd’hui. Il y en a encore beaucoup de ces matières plastiques dont on ne sait pas quoi faire finalement, et que vous utilisez justement pour les recycler ?

Julie Robert : Exactement. En fait, il y en a énormément… Ce qu’on arrive vraiment à recycler en France, c’est le PET, le plastique des bouteilles d’eau et de soda et tout le rest, et bien ça part soit à l’enfouissement, soit à l’incinération. Donc nous on a décidé de se positionner sur le polypropylène, le polystyrène non expansé et le polyéthylène auprès des entreprises locales et ça représente déjà beaucoup beaucoup de gisements à revaloriser.

BG : Vous parlez des entreprises locales, vous êtes dans coin ?

JR : On est en Gironde, à côté de Bordeaux dans l’Entre-Deux-Mers.

BG : D’accord, et du coup avec cette idée aussi d’être au service d’une certaine façon, en tous cas, en lien avec les entreprises locales, c’est ça ?

JR : Oui, l’idée effectivement c’est vraiment d’alléger le bilan carbone des entreprises. Donc ce qu’on veut c’est leur proposer une solution de recyclage et ce qu’on veut également c’est de proposer des objets qui soient consignés pour vraiment avoir… donc on ne crée pas de plastique neuf, on reste ici et on est un espèce de maillon. On leur propose des produits qui vont réduire leur bilan carbone, qui vont réduire leur impact, quoi. Qui vont avoir un effet positif.

BG : Alors concrètement, ça peut se manifester comment, justement ?

JR : C’est-à-dire ?

BG : Ça veut dire que vous récupérez du plastique, vous allez le recycler pour en faire un certain nombre d’objets pour ces entreprises-là ? C’est ça un peu l’idée ou alors c’est le plastique que vous allez récupérer tout simplement de ces entreprises ?

JR : Alors, en fait on a une première partie où on va collecter du plastique auprès des entreprises lorsqu’on se rend compte que ce plastique n’est pas recyclé. Ensuite, on propose à toutes les entreprises qui ont besoin, de créer des produits à partir de ce plastique recyclé-là. Et en fait, il y a beaucoup d’entreprises qui ont besoin.. Par exemple, on a été contacté par une entreprise qui fait des batteries électriques et qui a besoin d’un capot pour mettre sur ses batteries. Et donc là, on va lui proposer un capot en plastique recyclé. Donc c’est quelque chose de local à chaque fois et on leur propose, quand ils ont besoin de produits, de sortir des énergies fossiles et de leur faire quelque chose avec un plastique qu’on a trouvé dans le coin. C’est le principe du plastique qui peut être fondu et reformé plusieurs fois donc on utilise vraiment cette propriété première du plastique et on créé des choses pour les entreprises du coup.

BG : Avec ce capot de batterie qui est un de vos exemples de réalisation, avec aussi des créations propres que vous proposez ? Une première création que vous proposez sur votre site c’est ça ?

JR : Tout à fait ! On a créé une applique qu’on a en prévente sur notre site et on fait également des étagères, des tables, etc. Ce sont des objets qui vont arriver bientôt également.

BG : Et bien voilà. En tous cas, je donne votre site internet : la plastiquerie.com donc merci beaucoup Julie Robert, co-fondatrice de cet atelier qui transforme donc les déchets plastiques en objets du quotidien, notamment du côté de Bordeaux. Merci beaucoup, bonne journée à vous !

JR : Merci à vous, bonne journée également. Au revoir !

 

 

La vie en vrai

This site uses cookies to offer you a better browsing experience. By browsing this website, you agree to our use of cookies.